animation Segard Masurel

Laine de mouton : une matière riche aux multiples propriétés

Réputée pour ses nombreuses qualités, comme la chaleur et le confort, la laine de mouton est une fibre naturelle largement utilisée dans l’industrie textile. Avant d’en connaître plus sur cette matière durable, on vous propose un point histoire. Petit rappel, le mouton, comme d’autres animaux, est incapable de muer. Pour sa santé, la tonte est donc un soin nécessaire.

La laine, origines et histoire

Depuis la Préhistoire, il y a près de 10 000 ans et avant même sa domestication, le mouton est utilisé pour sa viande mais aussi et surtout pour sa laine.

Aux alentours de 2500 av JC, les métiers à tisser, certes rudimentaires, commencent à émerger dans tout le pourtour méditerranéen et permettent un travail de la laine beaucoup plus efficace. Cela se renforce d’autant plus grâce à l’invention du foulon vers 1200 av JC, qui permet de dégraisser et d’assouplir la laine de mouton.

Plus tard, au XIIIe siècle, le commerce de la laine s’intensifie et devient l’une des principales sources de revenus de pays comme les Pays-Bas ou l’Italie.

Élevage fermes troupeaux moutons fil de laine l Segard Masurel
Laine fil mouton l Segard Masurel

Les caractéristiques de la laine

Mais qu’appelle-t-on laine finalement ? Il s’agit d’une matière naturelle composée de fibres kératiniques, provenant de la toison du mouton. La laine de mouton est donc une matière durable et 100 % biodégradable.

La laine de mouton contre les éléments

C’est aussi une matière polyvalente qui fut utilisée très tôt dans l’histoire de l’Humanité et pour cause : en plus d’être élastique et légère, pratique pour se mouvoir, elle résiste très bien aux éléments. La fibre peut absorber jusqu’à 30 % de son poids en eau sans être mouillée, rien que ça ! De plus, elle possède des propriétés thermiques et isolantes exceptionnelles.

Les différents types de laine de mouton

Il existe différents types de laine brute de mouton. Rien qu’en France, il existe plus de 70 races de moutons différentes ! De plus, non seulement la qualité de la laine, mais aussi son aspect, peuvent changer en fonction du type de mouton (et oui !) et de son environnement. L’une des plus connues est la laine Mérinos.
Passons maintenant à la pratique : comment est récoltée et travaillée la laine de mouton ? Qu’est-ce qui se cache derrière nos pulls préférés ?

Le parcours de la laine : de la tonte aux boutiques

Chaque année, les moutons produisent une nouvelle toison prête à être classifiée, lavée et transformée. C’est parti pour connaître les secrets du parcours de la laine, étapes par étapes : de la tonte aux produits finis.

Producteurs de laine éleveur mouton l Segard Masurel

1. La tonte

La récolte de la laine brute s’effectue au préalable par un tondeur de moutons, qui va procéder à la tonte. Celle-ci est effectuée soit avec des outils comme des “forces” soit avec une tondeuse mécanique appelée “pince à mains”. La laine naturelle ainsi obtenue est une toison d’un seul tenant. La toison est ensuite lancée sur une table de tri et triée en fonction de la qualité et des caractéristiques des fibres.

Afrique du Sud à la rencontre des fermiers avec Asphalte laine l Segard Masurel

2. La classification de la laine

Après la tonte, la laine est donc classifiée de deux manières différentes selon ses caractéristiques et son aspect :

  • Les longues fibres de laine uniformes pour la filature peignée,
  • Les fibres plus courtes pour la filature cardée ou d’autres applications.

Ensuite, c’est le moment de préparer la laine avant la filature. C’est un processus complexe qui nécessite un véritable savoir-faire.

Laine lavée process l Segard Masurel

3. La préparation de la laine.

La transformation des fibres de laine commence par un lavage à l’eau chaude puis avec du détergent. L’objectif ? Éliminer dans un premier temps la poussière et la graisse

Cardage de la laine de mouton l Segard Masurel

4. Le cardage

Une fois la laine lavée, celle-ci est soumise à un processus appelé “cardage”. Cette étape permet d’ouvrir la fibre de laine et de la préparer pour les étapes suivantes de la transformation. À la fin, la laine obtenue est sous forme :

  • De mèche pour le filature cardée
  • De ruban pour le peignage.

La laine est ensuite passée à travers des dents métalliques pour aligner les fibres et les préparer au peignage.

Peignage de la laine laine peignée l Segard Masurel

5. Le peignage

Les rubans issus des cardes sont étirés avant le peignage, pour paralléliser les fibres, c’est la préparation. Ensuite, c’est le peignage proprement-dit. Les matières végétales et les fibres courtes Le peignage est une étape cruciale pour assurer la qualité et la pureté de la laine travaillée.

Les mèches les plus longues sont transformées en ruban plus épais. Ce ruban formé est ensuite étiré et réduit en épaisseur. La dernière étape de transformation consiste à obtenir à partir des mèches effilées et peignées, un fil plus solide pour le tricotage ou le tissage.

Petite astuce pour reconnaître les différents fils :

  • Les fils peignés sont fins et lisses.
  • Les fils de laine filés sont plus texturés et volumineux.

Une fois, les fils formés, place cette fois-ci à la transformation des fils en produits finis.

Tissage de la laine de mouton l Segard Masurel

6. La transformation

Les fils de laine peuvent se travailler de plusieurs façons : le tricotage par exemple ou le tissage. La teinture de la laine peut s’effectuer à presque toutes les étapes de fabrication, au moment de la formation du ruban, directement sur les fils ou sur le produit fini !

Maintenant que vous savez tout sur les multiples propriétés et le processus de transformation de la laine de mouton, vous ne regarderez plus jamais vos pulls de la même manière !

Vous aimerez également …

laine de mérinos

Tout savoir sur la laine de mérinos

Quand on parle de laine de mérinos, le consommateur et les marques parlent en général de laine fine. Cependant, d’un point de vue technique, la laine mérinos vient du mouton…
animation Segard Masurel